Ch’est ben bon din Ch’Nord !

Créé par le 06 avr 2010 | Dans : GASTRONOMIE

Je vous confie une recette succulente issue de mes origines familiales :

La Tarte au Maroille

Ingrédients : 8 g levure du boulanger, 1 oeuf, 1 tasse de lait tiède, 250 g de farine, 1 pincée de sel, 50 g de beurre mou, 1 maroille ou vieux Lille, 1 pot de crème fraiche, poivre.

Délayer la levure dans le lait tiède.
Mettre l’oeuf dans la farine, le sel, le beurre mou et le lait/levure : mélanger bien et faire une boule de pâte
Dans un plat à tarte, étaler cette pâte du bout des doigts
Disposer dessus des lamelles de fromage, poivrer
Laisser reposer 1 h à l’abri des courants d’air (ex: dans un four éteint)
Préchauffer le four 15 mim Therm 200
Avant d’enfourner le plat dans le four, mettre une couche (+/- selon envie) de crème fraiche sur le fromage
Cuisson 20 min

A consommer avec une salade verte et une bière du Nord

Bonne appétit

Thriller sous haute tension

Créé par le 06 avr 2010 | Dans : LECTURE

Camilla Lackberg est sans aucun doute mon auteur préférée du moment. Ces romans noirs, qui retracent les aventures d’Erica Falck en 3 volumes : la princesse des glaces, le prédicateur et le tailleur de pierre, m’ont captivés. Les personnages nous tiennent en haleine de la première à la dernière page, dans une atmosphère sombre et intrigante. On devient son propre enquêteur et l’on pénètre au creux de l’histoire afin de venir en aide à l’inspecteur Patrick Hedstrom. A ses côtés, on essaie d’assembler les morceaux du puzzle, dissimulés dans de sordides relations humaines, dans un petit port de pêche suédois.

Votre art préféré ?

Créé par le 25 mar 2010 | Dans : ART

Connaissez vous le peintre Henri Matisse ?

L’une de ses oeuvres que j’aime beaucoup est :

Le violoniste à la fenêtre, 1918
Huile sur toile
150 x 98 cm

Matisse peint cette toile peu après son arrivée à Nice à l’hiver 1917-18, où il s’installe seul pour se consacrer à son art, sa femme et ses trois enfants étant restés à Paris.
Dans la continuité stylistique des œuvres précédentes, il revient au motif de la fenêtre et travaille de nouveau le noir, avec toutefois de nouvelles couleurs plus légères. Quant au sujet de la toile, Matisse renoue aussi avec un thème déjà abordé, la musique.

La musique est très présente dans l’iconographie de l’époque, car elle alimente les réflexions sur la nature de la peinture et son rapport à l’imitation : la musique, en tant qu’art non discursif et non représentatif sert de modèle à la peinture du début du siècle. Mais elle est aussi particulièrement chère à Matisse, puisqu’il joue lui-même du violon quotidiennement. À cet égard, on peut interpréter Le Violoniste à la fenêtre comme un autoportrait. L’artiste joue pour une fenêtre qui représente pour lui la peinture.

Reprenant la figure du violoniste de La Musique, l’un des deux panneaux décoratifs commandés en 1909 par le collectionneur russe Chtchoukine, Matisse, à la manière des artistes médiévaux qui se représentaient dans un coin de leurs tableaux, suggère ici un autoportrait déguisé comme ce sera fréquemment le cas dans son œuvre.

QUI SUIS JE ?

Créé par le 25 mar 2010

Bonjour

Je suis une nouvelle blogueuse et découvre l’univers fantastique du blog : son fonctionnement, son vocabulaire….
J’espère pouvoir, grâce à mon blog, partager et échanger nos passions, nos discussions et bien d’autres choses encore.

A bientôt

Bizavous

UniversFafGerry |
C'toutnous,C'toutmoi |
Louise Mélois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les chats
| bouviers bernois love
| JE VOUS DIS TOUT